Avis de la presse

Télérama

On est tout de suite happé par le ballet gêné entre cet adolescent qui semble à la fois rôder dans sa propre vie et manipuler celle des autres, et cet homme adulte, de plus en plus confus devant l’émergence de nouveaux désirs. Les mouvements des corps, filmés au plus près de l’épiderme, sont autant d’indices d’une sorte d’enquête intime menée par le réalisateur.

Marianne

Avec son second film, Marco Berger raconte le désir avec autant de suspense que s’il s’agissait d’un thriller et filme le trouble de ses personnages avec une finesse qui confine parfois, il faut le reconnaître, à la torpeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *